Géorgie conflit éclair. Sept/octobre 2008

Guerre éclair entre la Géorgie d'une part et l'Ossétie du Sud appuyée par la Russie d'autre part. Les géorgiens (la plupart paysans) se réfugient à Gori. Le camp administré par la croix rouge italienne et l'UNHCR est accueilli sur un terrain désaffecté du parc d'attraction de la ville. Les quelques 3000 réfugiés s'entassent par famille sous les tentes. Le 2 octobre, c'est le moment de la récolte du raisin et des fruits en coque, les réfugiés du camp ont la permission des Russes de retourner dans leurs villages (dans la zone tampon) s'occuper de leur propriété, sauver ce qui peut l'être des pillards qui opèrent de nuit à la recherche de quelques butins, vélos, tracteurs, télévisons...ou autres. Dans certains villages qui jouxtent la ligne de front entre la Géorgie et l'Ossétie du sud quelques vieillards restent pour « veiller » sur leurs biens.. la plupart du temps une maison aux murs brûlés. Vers le 10 octobre, les Russes repartent en Ossétie du Sud laissant la zone tampon à l'administration géorgienne. Les réfugiés repartent chez «eux» en cars affrétés par leur gouvernement. Quelques-un errent dans le camp de Gori, ils n'ont plus de famille, plus de maison...

 

A Tbilissi le 12 août 2008, 221 réfugiés ont élu domicile dans ce quartier de Tbilissi.
Ils arrivaient essentiellement de la région située au nord de Gori proche de l'Ossétie du Sud. Ce lieu (en fait une école polytechnique désaffectée) est totalement insalubre. La nuit, on peut entendre le plafond tomber goutte-à-goutte sous l'effet de l'humidité... Il n'y a pas de portes à ce qui sert de lieu de vie. La vie des familles est rythmée par l'attente des rations, la préparation des repas et la visite de psychologues. Les enfants en bas âge sont intégrés dans les écoles alentours. Des liens se créent entre eux quand les parents pensent à un éventuel retour. Ici comme à Gori les paysans ne supportent plus les rations alimentaires (qui ressemblent à des rations alimentaires de soldats US) et les jettent.

 

LLL



Ergnéti ce village est à cheval entre l'Ossétie du sud et la Géorgie, la plupart des maisons ont été brûlé lors de la poussée de l'armée russe. Dans une maison à moitié consumée, la chambre à coucher, un album photos la plupart dans leur écrin d'autres jonchent le sol. Je prends une photographie et me dirige vers divers endroits de la pièce. Je photographie. En bas la télévision trône sur une table, une balle dans l'écran.



Série de photographies distribuée par l'agence Vu

 

 

Page suivante

 

 

 

 

 

 

 

 

 Contact