Loïc Le Loët Auteur photographe - Projet KissKissBankBank

http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/homemdela

Projet en cours : Homemdela2014

Au cours des années soixante à aujourd'hui s'est enclenché en Europe comme dans la plupart des pays dits développés un processus de désertification de nos campagnes laissant sur place une population vieillissante. Dans la région de Tras-os-Montes du Nord-Est du Portugal, nous avons découvert des villages où subsistent des hommes et des femmes octogénaires. A Prada dans les années 1980, ils étaient plus de 140 dans le village, aujourd'hui ils ne sont plus qu'une quarantaine avec quelques vaches, ânes et cochons. Ils se regroupent pour semer les terres, moissonner les champs, récolter les châtaignes, tuer le cochon...

En voyant les gestes de certains paysans dans les champs nous nous sommes rendus compte que cette façon de travailler disparaîtrait en même temps que ces personnes. Hommes et femmes vivent quasiment en autarcie dans les montagnes soumis à un climat continental.

Nous avons compris qu'une trace de ces vies doit être préservée et nous voulons le faire​ avant qu'il ne soit trop tard. En nous aidant à financer ce projet, vous participez directement à la prise de photographies et au recueil de témoignages pour dresser le portrait de ces coutumes quasi ancestrales et vous restituer ce travail sous forme d'expositions au Portugal et en France

 

 

 

https://www.facebook.com/groups/1027784253904768/

 

 

 

L'Homme, paysan de Trás-Os-Montes

( projet photographique au Nord-est du Portugal )

 

Le paysage rugueux du Trás-Os-Montes est particulier, constitué de montagnes de granite, de broussailles et d'ondes parfois, parsemé de cultures...

Les hameaux sont difficiles à atteindre, parfois les hommes vivent encore en autarcie. C'est un témoignage de cette vie en partance que je veux photographier.

 

 

L'Homme au centre.

 

 

Sur la route des vacances, en entrevoyant les gestes des paysans au travail dans les champs a germé en moi l'idée de réaliser le projet exposé ci-dessous. C'était des personnes âgées, et leurs gestes seront perdus à tout jamais de notre mémoire lorsque la vie aura fait son accomplissement.

 

Pour bien comprendre et bien montrer comment ils vivent et pensent, mieux accomplir un portrait significatif de leur réalité, l’objectif est de m'intégrer sur plusieurs périodes de quinze jours à trois semaines sur plusieurs saisons réparties sur deux années. Ce projet concerne plusieurs villages de Tras-os-Montes, en photographiant l'homme et son habitat, l'homme et son environnement, l'environnement lui-même.

  • le portrait d'une personne debout dans son milieu de travail ( champ, étable, châtaigneraie... )etc etc

  • la même personne accomplissant son labeur avec les mêmes gestes que ses prédécesseurs ( utilisant une faux, plantant des pommes de terre, récoltant des olives... ) etc etc

  • l'habitat de la personne, montrant le type de matériau employé, l'architecture souvent sommaire, l'organisation du village.

  • paysage ou détail du paysage faisant ressortir le type d'agriculture, le type d'énergie employée ( animale , matérielle ou naturelle )

 

Une série de cinq à six portraits, habitats, paysages succédera à une série de photographies sur la vie en communauté du village photographié. Ces dernières s'attacheront à montrer la population lors de festivités, de travaux en commun ou autres faits de la vie paysanne. Ainsi ces séries de photographies répétées trois à quatre fois s'articuleront les unes aux autres s 'attachant par le détail à relater le mode de vie dans la région de Tras-os-Montes.

 

Le but final de ce projet commun avec Bernadette Ferreira est de le présenter sous la forme d'un livre bilingue et d'une exposition itinérante au Portugal et en France.

 

 

 

 

Ma méthodologie

 

 

Tout en amont de prendre des photographies, je suis comme une éponge, j'absorbe les informations de toutes sortes, malaxe et rend un point de vue sur ce qui m'entoure. Toute ma photographie est subjective, elle met en valeur qui je suis et comment je réagis en fonction du milieu dans lequel j'évolue. Parfois j'ai l'impression de réaliser mes photographies en aveugle tellement le ressenti entre en action...

 

En faisant mes prises de vues, j'essaie de m'effacer le plus possible presque à devenir transparent pour laisser le sujet (homme) libre de toute contrainte. J'essaie de rendre visible le quotidien des choses, des gestes que l'on ne voit plus tout en montrant la difficulté de percevoir les choses simples. Je convoque le hasard, attendant le geste pur de la posture à la rencontre de la lumière et de la matière. De cette façon, le geste sacralisé retournera à ce qu'il fut :

Un Instant dans le Temps.

 

 

 

 

                                      Le cœur du projet

                              ( écriture et photographie )

 

 

Si le photographe Loïc Le Loët disparaît derrière son appareil photo pour saisir dans l’instant la gestuelle rurale des habitants de la région de Tràs os Montes pour que perdure au-delà du vertige du temps qui passe la mémoire d’un passé en voie de disparition, mon travail d’écriture qui l’accompagne ne sera ni un énième récit relatant traditions et coutumes, ni un pèlerinage aux sources.

 

Mon travail d’écriture s’égrènera en quatre grands tableaux correspondant aux quatre saisons d’une année. A l’intérieur desquels s’inscriront les voix des acteurs du moment, dans un souci d’interactivité entre celui qui photographie, celui qui est photographié et moi-même, témoin silencieux chargé de poser des mots sur cet échange et sur ce qu’il provoque et implique.

 

En effet, les photos de Loïc Le Loët, toutes en suggestions, révèlent le langage des corps pétris par des années de labeur sur ces terres hostiles. Elles sont un reflet de vies longtemps oubliées et longtemps sans voix.

Je tenterai dès lors à travers les textes qui accompagneront ce travail de faire entendre ces voix dans un jeu de miroirs qui ne laisse place à aucune neutralité face à la puissance de l’écho qui inévitablement retentit en nous à leur écoute.

 

Ainsi chaque grand tableau sera chapeauté d’un titre sous forme d’une question globale et ouverte et sera la thématique des scènes qui en découleront. Ceci dans le souci de gommer toute rupture entre passé et présent et d’ancrer la réalité d’aujourd’hui comme une continuité temporelle.

Une évolution du temps qui comporte des dangers tels la disparition des villages, la désertification des campagnes, mais aussi une prise de conscience au niveau politique qui se manifeste par une volonté réelle de réinvestir de nouveau ces lieux en remettant à l'ordre du jour la politique du Saltus.

 

Nous souhaitons que ce travail soit le reflet actuel de ce patrimoine culturel que les habitants maintiennent par leur travail et par leur présence, aidés en cela par la prise de conscience écologique du monde politique et la mise à disposition de moyens adaptés à leur situation.

 

BF